La derniere folie du docteur Lovecraft

Publié le par Onirix

1- Lovecraft écrivain du cauchemar (craft = ruse en anglais et force en allemand ndlr)

Ben "oué"... Il portait à merveille les initiales de son prénom : H.P !  Howard Phillips.            En parfaite adhésion avec son teint blafard propice à alimenter les cauchemars du soir... Dans le genre c'était un "métronomicon". Enfant de Providence , sa ville; pionnier du  journal "Weird tails", candidat au suicide tout désigné à l'instar de son ami Robert Howard (le papa de Conan le barbare), il semble avoir préféré développer un cancer dans son enfermement carcéral mental.

Tout est dit ou presque. "L'affaire Charles Dexter Ward" est le premier livre de Lovecraft que je me souviens avoir lu à l'age de 15 ans. Surprenant ou plutôt...palpitant ! 

Sa prose frise les limites obscures de l'âme mais ne les dépasse jamais ouvertement .
Nous sommes certes confrontés à l'innommable, à l'indéfinissable, mais ceux-ci restent  confus dans les propos du narrateur.
L'horreur se matérialise seule dans l'esprit du lecteur.
"...Nul ne saurait décrire le monstre; aucun langage ne saurait dépeindre cette vision de folie, ce chaos de cris inarticulés, cette hideuse contradiction de toutes les lois de la matière et de l'ordre cosmique." ( L' Appel de Cthulhu-1926)

  Lovecraft.  Le nom claque comme la flamme d'une torche dans les profondeurs abyssales d'une grotte. 
De l'air !!! 
Ca signifie qu' il y a une issue quelque part...
L' esprit ,enfermé dans la matière, n'a jamais été totalement séparé du reste de l'univers; mais  encore lui faut-il,  pour y accéder, avoir envie d'en explorer les frontières : l'espace et le temps par delà le mur du sommeil ?

Ce qui est intéressant chez Lovecraft , c'est sa propension à se servir de ses rêves dans l'élaboration de son oeuvre. Folklore imaginaire.
D'après son ami et confrère, l'écrivain August Derleth, HPL faisait un cauchemar toutes les nuits. Certains pouvant même atteindre le comble de l'horreur. Que de grain à moudre pour les futurs lecteurs...  

"DAGON" (1917), "Nyarlathotep" (1920), "La cité sans nom" (1921), "Le molosse" (1922), "La meute" (1922), "Azathoth" (1922), "L'appel de Cthulhu" (1927), "L'affaire Charles Dexter Ward"(1927), "L'horreur de Dunwich" (1928), "Celui qui murmure dans le noir" (1930), "La couleur venue de l'espace", "le rodeur devant le seuil"...
Tous ses romans mettent en scène des personnages incrédules confrontés à des situations qui échappent à leur compréhension et  à leur perception. Ils finissent souvent au bord de la folie...
Une exploration sans concession du psychisme humain. Brumeux, marécageux, glauque, vicieux, visqueux, sont les adjectifs qui conviennent le mieux pour décrire l'univers et les paysages angoissants du maitre des cauchemars. 
La menace, d'abord sous-jacente et sournoise devient impossible à éviter. La raison du narrateur est soumise à rude épreuve.

La mythologie ténébreuse de Lovecraft repose sur la croyance et le culte voué à des entités exra-terrestres qui, selon l'auteur lui-même, " se déplacent dans les profondeurs de l'espace, entre les étoiles..."
Des trous noirs ? Inutile de préciser que ça pourrait déboucher loin...
Ces " Vénérables Anciens ", comme il faut  appeler ces créatures, règnaient sur la terre primitive.

Le bottin mondain, gratiné, exhale une  nauséabonde odeur de soufre. Par ordre hiérarchique :

- AZATHOTH : représentation du chaos originel siégeant au centre de l'univers, il ne possède pas de forme.
Animateur des ténèbres, il est à l'origine des désordres et des destructions. Antithèse de la création. Point terrestre Sud Caché.

- YOG-SOTHOTH : Le "Tout-Un", corrégent du précédent. Il est le véhicule du chaos, la porte du vide par laquelle doivent passer "ceux qui viennent d'ailleurs". Intelligence active extérieure de celui qui restera toujours enfermé dans les ténèbres. Il est connu des anciens arabes sous le nom  d'Al-Kalb al-Asad et des romains sous celui de Cor Léonis (Coeur de lion...Corléone...). Point terrestre Sud Immédiat.

- NYARLATHOTEP : Le Chaos rampant, il est comme l'éther médiatrice des Vénérables Anciens. Réceptacle, serviteur et messager de leur volonté combinée. Pouvant exister sous n'importe quelle forme à n'importe quel endroit et à n'importe quelle époque. Sa position cosmique passe par la voie lactée. Les akkadiens et les polynésiens y voyaient l'image dévoratrice du serpent.et du requin.

- HASTUR : La voix des V.A. Le vengeur qui marche sur le vent et la destruction qu'il a semé. Il est celui que l'on ne doit pas nommer, source des disputes et des conflits. Il correspond à l'Est terrestre.

-CTHULHU :  Maitre des profondeurs intérieures, initiateur des rêves. Créature aquatique il est connu des Akkadiens sous le nom de Girtab -celui qui attrape et pique, celui devant lequel on doit s'incliner. Cardinal Ouest, zone mortelle dans l' Egypte ancienne. link

- SHUB - NIGGURATH : La grande chèvre noire des bois". Manifestation terrestre de la puissance des V. A. Le dieu des sabbats et des sorcières. Il est posté à la porte du Nord.

" Les Anciens furent, sont et seront. Des étoiles obscures, ils vinrent là où l'Homme était né, invisibles et repoussants. Ils descendirent sur la Terre primitive. En dessous des océans, ils couvèrent au cours des âges, jusqu'à ce que les mers se retirent; 
Puis ils pullulèrent et dans cette multiude, commençèrent à régner sur la Terre.
Sur les pôles glacés, ils édifières de puissantes cités et sur des hauteurs, les temples de ceux que la nature ne reconnait pas et que les dieux ont maudit.

Et les Dieux plus Anciens ouvrirent les yeux et constatèrent les abominations de ceux qui ravageaient la Terre. Dans leur colère, ils se dressèrent contre les Anciens, qui demeurèrent dans leurs injustices, et les rejetèrent de la Terre dans le vide en des espaces où règne le Chaos, et qui n'abrite aucune forme...
Et les Dieux plus Anciens apposèrent leur emblème sur le grand porche et les Anciens ne purent rien contre la puissance de ce pouvoir.
Alors l'affreux Cthulhu surgit des profondeurs marines et se mit en fureur contre les Gardiens de la Terre. Ils lui lièrent ses griffes venimeuses  par de puissantes imprécations et l'enfermèrent dans la cité de R' Lyeh, enseveli sous les vagues, il dormirait et rêverait de la mort jusqu'à la fin des temps...

Et derrière ce porche vivent désormais les anciens. Hors des sphères terrestres, ils errent et attendent le moment du retour. L'âme d'Azathoth leur fera signe lorsque les étoiles indiqueront qu'est venu le temps du retour. Et Yog-sothot qui connait les dédales du temps sera la porte par laquelle passeront ceux qui peuplent le vide lorsqu'ils reviendront.
Après le jour vient la nuit. Le temps des hommes passera et ils retourneront là d'ou ils sont venus. Vous saurez alors qu'ils n'étaient qu'impureté et que, maudits, ils n'auront fait que souillé la surface de la Terre."


C'est pas chaud ça ? Au prix où sont les laxatifs, y a pas d'quoi s'en passer.
Avec un minimum d'imagination, on peut même y voir des correspondances fulgurantes avec les cosmologies de nombreux peuples, tribus, et civilisations (voir les Titans*, fils d'Ouranos*, de la mythologie grecque, dont la révolte est circonscrite par l'autorité et le pouvoir omnipotent de Zeus*).
La  mythologie "lovecraftienne" s'inspire donc profondément de croyances ancestrales qui débordent largement  l'esprit  littéraire occidental de l'époque, nourri au romantisme élisabethain, de Byron à Shelley en passant d' Edgard Poe à Huxley. 

Quelque soit son origine, sa structuration stricte dans l'esprit de l'auteur, reçue de son père franc maçon qui aurait possédé des manuscrits secrets, ou de ses propres recherches et intérêts portés sur des sujets occultes, Lovecraft a dévérouillé la serrure d'un sujet considéré comme tabou, puisque faisant appel non seulement à des superstitions démoniaques douteuses, celles-ci puisent à une source moyen-orientale...

Et de là, on en arrive évidemment au fameux autant que fumeux Nécronomicon : 
Le livre de "l'arabe fou" Abdul al Hazred. 
Toute controverse à son sujet ne saurait faire oublier que toute mystification est empreinte d'au moins une parcelle de vérité...



2- NECRONOMICON piège à cons?

  Sur ce point de vue, les avis sont partagés. Aucun n' est privilégié. Ses détracteurs, au rang desquels on retrouve certains élèves de Lovecraft diplômés de la Miskatonic university, assurent que ce nom, d'éthymologie grecque (sic !), lui aurait été révélé en rêve : Nekros (cadavre) Nomos (loi), Eikon (image). Ce qui nous donne textuellement traduit : l' image de la loi des morts...

  L'intéressé affirmait, lui, qu'une copie a croupi pendant des siècles sur les rayons de la bibliothèque de Buenos Aires. Sa découverte par le conservateur du lieu, un certain Jorje Luis Borges, serait à l'origine de la cécité du poête argentin.
Quitte à ne croire que ce que l'on voit, il y a là un pas que je ne franchirai pas sans canne blanche...
Une autre source, apparement plus sérieuse, fait état de sa découverte par le célèbre écrivain de science fiction Lyon Sprague de Camp au cours d'un de ses fréquents voyages à Bagdad. 
L'ouvrage qui se présente sous la forme d'un manuscrit écrit dans une langue proche de l' arabe ancien (le duriaque issu du syriaque), lui est remis par un fonctionnaire de la direction des antiquités. 
Son titre "Al Azif" évoque le bruit que font les insectes la nuit...
Bourdonnements ! 
De nombreux scientifiques et "spécialistes" se sont penchés sur cette édition sans parvenir pour autant à se mettre d'accord sur son authenticité. Pour changer.


L'origine supposée du livre remonte à 730 après JC à Damas, où il serait né  de l'imagination fantasque d'un poête arabe: Abdul-al-Hazred. Ce traité d'incantations démoniaques imprononçables acquiert la réputation de conférer des pouvoirs magiques a son lecteur, mais il peut également rendre fou ou aveugle celui où celle qui n'est pas digne d'en recueillir la quintesscence.

"Ph'nglui mglw'nafh Cthulhu R'Lye Wgah'nagl fhtan" (Exhortation au retour du grand Cthulhu).
Avouez qu'il y a de quoi en perdre son baratin...

Chaque évocation à "Ceux qui viennent d'ailleurs" doit correspondre à une période particulière, ainsi, les rites ultimes ne seront accomplis qu' aux moments qui leurs appartiennent. Comme les "moments d'élections" de l'horoscope nazi ?

Observation des cycles solaires, lunaires et planétaires à travers le zodiaque et les constellations (Mandala). A savoir : La Chandeleur (2ème jour du 2ème mois), le 1er mai (à la veille du mois de Maïa), le 1er août (1er jour du 8ème mois), le Carême (14ème jour du 9ème mois), et la Toussaint (la veille du mois de novembre).
Ainsi, l'évocation à Yog-Sothoth se fera lorsque le soleil entre dans la maison de vénus le 1er août. Extrait :
Parce que Yog-Sothoth est la Porte
Il sait d'où sont venus les Anciens
Dans le passé et d'où ils viendront
A nouveau lorsque le cycle recommencera
...

Le Grand Cthulhu est sensé,
lui, honoré ses rendez-vous la veille de la Toussaint quand le soleil se trouve dans la constellation du scorpion. S'il s'agit d'un soir de pleine lune y parait que ça dégage à plein tube !
Ô vous qui gisez, mort mais rêvant
Entendez l'appel de votre serviteur,
Entendez-moi, ô Puissant Cthulhu !...
Enfermé dans votre Tour de R'lyeh
Mais Dagon brisera vos chaines maudites
Et votre règne reviendra...
Lorsque mourra la mort, votre sommeil finira
Et votre temps sera venu.

Et il y a pire, quitte à se faire appelé Hastur la nuit de la chandeleur quand le soleil se balade en verseau...
Entendez la voix du terrible Hastur
Entendez le soupir affligeant de sa course folle 
Au gré du vent sombre et ultime qui tourbillonne
Au milieux des étoiles muettes
Ecoutez le hurler avec ses crochets de serpent,
Du fond des entrailles de la Terre
Son pouvoir ravage la forêt et écrase les cités
Nul pourtant ne le connait, car, maudit, il avance
Sans visage et reste ignoré des hommes
Entendez sa voix, répondez à son appel,
Inclinez-vous et priez sur son passage
Mais ne prononcez jamais Son Nom à voix haute.
 A la chandeleur ? Hastur vous transforme en crêpe à la déconfiture...


 Ajoutez à ça des cryptogrammes à déchiffrer, des recettes de sorts à jeter dans le but de tuer, de rendre aveugle ou autres joyeusetés...
Des descriptions shématisées et détaillées de pentagrammes et autres protections géométriques occultes.
Vous obtenez le Néconomicon...


L'original aurait connu ensuite plusieurs versions au fil du temps :
- Traduction grecque en 950 par Théodorus Philetas où il prend le nom de nécronomicon. Ce texte sera brûlé par le patriarche Michaël en 1050
- Olaus le traduit en latin, en 1228. Cette traduction sera, elle, détruite en 1232 par Grégoire IX.
- En 14...? edition en lettres noires en Allemagne.
- En 15...? Texte grec réimprimé en Italie.
- En 16...? Traduction en espagnol du texte latin.

Que de stars du firmament ésotérique et historique en aurait profité; au rang duquel Alexis Crowley, John Dee, Yeats, Cagliostro, et même Fouquier Tinville...  en tête à l'heure de la décollation ?

Le nécronomicon ne serait pas pour autant un ouvrage unique mais une compilation de documents occultes antérieurs à l'humanité, issus de différentes régions (Acadie, Babylone, Perse, Israël...).
Une sorte de mémorisation d'incantations destinées au culte des "Noms Secrets" (Book of  Secret Names. Voir quelques uns des blazes principaux dans la 1ère partie)

Les adeptes de l'occultisme* et de l'opacité revendiquent l'efficacité et la véracité de ces rites par la formule latine : "ex opere operato !".
Pour ainsi dire, ils agissent comme on allume une lampe électrique, sans pouvoir définir exactement comment et pourquoi celà fonctionne...
Nous pouvons qualifier celà, "technologiquement parlant",  d'empirisme au premier degré, si cher aux ménagères d'hier et d'aujourd'hui...

D'après Yeats, les Vénérables Anciens surgissent d'un néant confiné dans le moi mémorisé de l' Humanité depuis l'aube des temps, et peuvent ainsi être contactés par le truchement des ...symboles ( Ca me rappelle kekchose...).
Quittte à dire qu'ils auraient la possibilité d'influencer les esprits plus ou moins bien "orientés"...
Rendez-moi ma canne et j'arrêterai de "brailler"... à l'aveuglette !

Stanislaus Hinterstoisser, président de l'institut d'étude des phénomènes paranormaux de Salzbourg, après avoir longuement enquêter sur la question, va plus loin dans sa lettre posthume adressée à l'écrivain Colin Wilson concernant les obsessions terrifiantes de Lovecraft:
"
Je dois vous dire, comme un mauvais présage, que les parasites de l'esprit dont vous avez parlé existent réellement, pleins d'influences, et sont parfois visibles sous des formes différentes ...
Après y avoir bien réfléchi, les décrire comme mauvais reviendrait à accuser l'homme de vouloir détruire les fourmis en marchant par inadvertance sur une fourmilière... Ces entités ( The Great old ones) n'ont d'intention mauvaise que dans la mesure où le vaste inconscient collectif qui est le nôtre leur semble utile. Nos personnalités ne les passionnent  guère plus que le monde des insectes intéresse nos société
s."
 Insectes ou aliens ? ( Etrangers à nos perceptions )


- Conclusions :
Le psychisme humain est bien plus qu'une maison hantée par les fantômes de son passé.
C'est une pyramide, que dis-je ? 
Un immeuble au nombre d'étages insoupçonnés de la cave au grenier ( du subconscient sombre, inexploré à la conscience pure éclairée).
La matière grise mise à part, rien ni personne ne connait ce que l'esprit doit affronter...
En ce qui me concerne, si j'ai été amené à me ré-intéresser au cas Lovecraft ces dernières années, depuis l'époque où je l'avais délaissé, c'est qu'entre temps j'ai ressenti, combattu et vaincu sur le plan du sommeil, une influence malsaine aux accents que je peux qualifier de bourdonnants ou bruissants...Pendant 3 ans !           
                                                                                                                ( Andréa Bonazzi Art )
Ce phénomème sonore psychosommatique, insupportable, se traduisait par des vibrations désagréables au niveau abdominal qui, soit m'empêchaient de m'endormir, soit me réveillaient en plein sommeil. Hallucination auditive.
Imaginez un véhicule à  moteur d'une forte puissance, vous l'entendez arriver au loin avant de le voir passer sous votre nez (Logique, le son est perceptible avant la forme). 
Dans ce cas précis, je vous le dis, il n'existe aucune échappatoire possible .
Le réveil est irrésistible comme une nouvelle respiration... Pffuuiiiie !!!

Impossible de résister à ce bruit ? Oui ! 
J'ai persisté, une fois, et me suis retrouvé nez à nez (entre les 2 yeux !) avec une tête d' insecte  qui me fonçait droit dessus ! ! !

Le bruit que font les insectes la nuit... Brrrrrrrr...
Etrange, mais pas forcément étranger à des expériences ressenties par des gens qui n'osent jamais en parler. 
Ce problème, grâce à un rêve, j' ai fini par le régler. (voir "la porte")

Quel intérêt me demanderez-vous d'exhumer de telles croyances fétides de leur tombeau putride ?
Pour la simple et bonne raison que des tas de sectes et autres organisations militaro-politico-philosophiques, qui mangent  à tous les rateliers, prolifèrent encore aujourd'hui comme des... insectes...

Le prix du scepticisme à payer est vraiment très élevé !

Bonus : vous connaissez le Bloop ? Il s'agit d' un SON d'ultra-basse fréquence détecté à plusieurs reprises par le très pointu National Océanic and Atmosphéric Administration (NOAA) durant l'été 1997. link Localisé dans la zone sud-ouest de l'Amérique du Sud (50°S 100° W/-50-100...pour les spécialistes).
D'après la description faite, le son monte rapidement en fréquence sur une amplitude suffisante pour être détecté sur une portée de plus de...5000 km. S'il s'agit d'un animal, il ne peut être que gigantesque d'après les scientifiques qui ont étudié le phénomène.
Aucune explication plausible n'a, à ce jour, été trouvée.
Si vous cherchez un rapport avec notre sujet le voici:
Coïncidence troublante, le point d'origine du Bloop est très proche de la ville fictive de R'Lyeh où est sensé reposer le grand Cthulhu de la mythologie loveraftienne. 

Dans le roman "L'appel de Cthulhu", R'Lyeh est située par l'auteur à 47°9'S 126°43'W / -47.15.126.717 dans l'océan pacifique sud. 
Le Grand Ancien Cthulhu est enfermé dans cette cité mythique, il rêve qu'il meurt en produisant des sons basses fréquences pour communiquer...
L'imagination a toujours dépassé la fiction...à moins que ce ne soit l'inverse?

Et si les fantasmes délirants de Lovecraft relevaient d'une réalité qu'il serait aujourd'hui possible de réaliser? Les physiciens de Berkeley auraient-ils réussi à matérialiser le démon Yog-Sothoth, celui dont il est dit " Il coexiste à toutes les éternités et il est contigu à tous les espaces " ? Science-fiction diriez-vous? Pas si sur. Certains d'entre-eux n'hésitent pas à l'affirmer...

L'expérience à été menée et décrite par A. Johnson chercheur dans cette même université au début des années 80. Johnson s'est servi d'une "chambre à bulle" pour capter les processus de création et de destruction des particules. Les photographies montrent les trajectoires, les collisions, et des tableaux compliqués donnent les probabilités de transformation. Un proton heurtant une autre particule va-t-il donner un proton, un antiproton, un elfe, un gnome ou un simple objet? Il ne s'agit pas d'une plaisanterie, car au niveau des particules tout est possible : chaque rêve est une substance, une énergie, et peut prendre n'importe quelle forme pour venir narguer les scientifiques. Ils comprennent qu'ils s'appuient sur des bases sans fond, et que rien n'est jamais définitif dans l'univers. Il n'y a pas de monde matériel sécurisant et de monde abstrait délirant à l'opposé. C'est comme si on affirmait que l'eau n'est pas de la glace et la glace n'est pas de l'eau...
Les photographies prises dans la "chambre à bulle"laissent apparaitre une cascade d'une centaine de particules, déployées comme une toile d'araignée, avec au centre une tache blanche comme une étoile. Johnson ressent alors une grande brûlure dans la colonne vertébrale accompagnée de lueurs qui lui traversent le cerveau, enflamment son nerf optique et lui donne des éblouissements...puis plus rien, l'obscurité totale. Il restera aveugle pendant 2 jours (encore la cécité !), il ne saura jamais pourquoi...
A partir de ce moment, ses rêves ne seront plus jamais les mêmes. Il voit la cascade de particules qui rayonne, cherche les terminaisons de son cerveau. Il est branché, relié à ce réseau infini qui s'exprime désormais hors de la "chambre à bulle" et se diffuse dans toutes les directions, avalant au passage son corps, sa chambre, la ville de Los Angeles, les Etats- Unis,, la planète entière, le système solaire, et les autres mondes...
D'après lui, le centre c'était cette tache blanche qui brûle comme un feu, et donne l'impulsion à tout ce réseau d'énergie. Dans ses rêves, l'étoile lui parle. Elle dit s'appeler Yog-Sothoth et s'adresse à lui au moyen de "prodigieuses vagues qui déferlent, tournent, dans une concentration folle..." A chaque fois qu'il pense un mot, il transmet la substance mentale de ce mot à cet abîme de forces. Les vagues l'enveloppent, parlent avec lui. Il a la vision fugitive "d'une forme assise, seule, sur un trône de nuages"
Il déclarera par la suite avoir photographié Yog-Sothoth dans la "chambre à bulle".
" Il est difficile de faire comprendre à la science qu'elle n'est qu'un grain de lumière perdu dans ce réseau fabuleux d'énergies, un microbe locataire de ce Grand Esprit, seigneur de tous les univers, qu'on peut considérer comme la réalité ultime. Dans nos laboratoires, on le photographie très souvent, mais on ne le voit jamais. Il est invisible, parce qu'il est derrière nous au moment où nous le regardons, et il ne reflète sur les images qu'une partie de lui-même, toujours déformée, modifiée par nos instruments de mesure. Pourtant ce jour-là, j'ai vu. Réellement vu ! "
Alors, Johnson est-il un exentrique des milieux scientifiques de Berkeley, ou réel voyant de Yog-Sothoth ? Son expérience semble pourtant plus sérieuse qu'il n'y parait. Là où d'autres n'auraient décelé qu'un graphisme indiquant une collision et une mutation en série d'atomes, lui affirme avoir vu l'entité présente dans l'oeuvre de Lovecraft... Le grand physicien Heisenberg vient à son secours quand il déclare de façon lumineuse : "L'esprit choisit sa réalité." A méditer .


  Fin du Livre ?... Faites de beaux rêves...












Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article