La tortue volante

Publié le par Onirix

Samedi 16 février 2008...

LA TORTUE VOLANTE

Je suis dans une salle où des gens sont assis, comme s'ils assistaient a une conférence. Une femme m'interpelle pour me demander de m'asseoir avec eux. Je cherche un siège de libre, et finalement je déniche un tabouret particulier puisqu'il ne possède que trois pieds (Trepied !). Je n'ais pas le temps de m'asseoir, car arrive un changement brusque de décors, et je me retrouve avec des personnes, dont un ancien ami, en train de remplir des salles avec de l'eau boueuse. Une porte d'ascenseur est en face de moi, la porte s'ouvre et je vois surgir une tortue qui s'échappe en courant comme...un lièvre. Tout le monde tente de la rattraper en vain.
La course poursuite continue à l'extérieur sans plus de succès.
Soudain sa carapace (protection) se déploie et se transforme en ailes semblables à une roue de paon divivisée en cercles de couleurs (Arc en ciel).
Alors, à une vitesse vertigineuse, elle fond sur moi en un vol plané
qui m'oblige à me jeter au sol. Impressionnant.
Nouveau changement de décors. Il fait nuit, je marche dans la rue en compagnie de personnes inconnues, dont une fille qui me dit que son ami l'a trompé chez elle avec sa meilleure amie. Je remarque que ses mollets sont très épais. Deux autres personnes de type asiatique (un garçon et une fille) s'amusent en riant et parodiant des gestes de kung fu... fin du rêve. 

Observation symbolique

TORTUE 

Son symbolisme s'étend sur toute les régions de l'imaginaire par son aspect mâle et femelle, humain et cosmique. Sa carapace ronde au dessus et plate en dessous évoque le ciel et la terre. Elle est donc une représentation de l'univers, constituant, à elle seule une cosmographie. C'est ainsi qu'elle apparait dans tout l'Extrème-Orient, de la Chine au Japon (voir les personnages de type asitique du rêve ?), mais aussi chez les indiens d'Amérique du Nord et du Sud, et en Afrique Noire (Dogons et Bambaras du Mali entre autres).
Sa masse alliée à sa force têtue et la puissance que lui confère ses quatre pattes courtes et puissantes comme implantées dans le sol en font l'équivalence des colonnes du temple porteur du monde et des 4 points cardinaux.pôles. ( voir les mollets épais de la fille qui m'accompagne en fin de rêve ?). Dans cet esprit, elles s'apparente à d'autres animaux chtoniens et aquatiques comme le crocodile*
ou la baleine*. De ce fait, son apparition dans l'ascenseur de mon rêve signifie qu'elle vient du sous-sol et non d'un étage supérieur... Divinité du dessous des eaux.
Les chinois lui donnent un rôle de stabilisateur. Dans leurs sépultures impériales, chaque PILIER* repose sur une tortue. Selon certaines de leurs légendes, c'est une tortue qui supportait le pilier du ciel, abattu par KUNG KUNG (Kung Fu ?) le maitre des Titans*. En Inde et au Tibet elle est en relation avec les avatars et l'incarnation d'un Bodhisattva à l'image de Vishnou, qui sous cette forme apparait avec un visage VERT* signe de régénération ou de nouvelle génération. Symbole nocturne et lunaire.
Chez les Mayas le dieu de la lune est représenté avec une cuirasse en écaille de tortue.
Sa longévité l'associe aux idées d'immortalité de fertilité (liquide amniotique), et de développement de l'espèce humaine : Héros créateur, civilisateur, et ancètre mythique.
D'où l'apparition des Jumeaux Héros antagonistes que l'on retrouve dans presque toutes les civilisations (de Romulus et Rémus à Castor Pollux)  concepteurs du bien et du mal que l'on retrouve jusque dans les croyances indiennes, africaines, méso-américaines, Asie Centrale.
La tortue se trouve naturellement liée aux étoiles, notamment la constellation d'Orion (le chasseur et ses chiens). Le bouclier* d'Orion est appelé tortue en langue Yucatec (péninsule du Mexique) qui devient la médiatrice entre la terre et le ciel. De ce fait, elle possède les pouvoirs de connaissance et de divination.
Associée aux Eaux primordiales de la terre naissante (remplissage des salles d'eau boueuse dans mon rêve...).
On la rapproche de la fonction du tabouret de Justice (sic !!!!!!!!!!!!!!) le tabouret-tortue de justice sur lequel les justiciers Tikar du Cameroun asseyaient les suspects pour les empêcher de mentir au cours de leurs interrogatoires (c'est y pas beau ça ?)...
Les japonais lui portent la même considération qu'à la grue*, lui prêtant des dizaines de milliers d'années de vie. Ce rapprochement avec la grue n'est pas sans rappeler une gravure de Hypnérotomachia Poliphili
(de l'ile de CYTHERE ! ) link link qui représente une femme tenant d'une main une tortue et de l'autre...une paire d'ailes déployées !!!
A lire Dom Pernety, le célèbre hermétiste du XVIIIème siècle, on serait tenté de voir dans ces ailes les attributs de Mercure (Hermes* messager des dieux), et dans la tortue la matière de la cythare que Mercure aurait confectionné à partir d'une carapace de l'animal. Celà résumerait tout l'art de l'alchimie. Ce qui rejoint la pensée des alchimistes chinois qui y voient le point de départ de l'évolution, dont les ailes symbolisent l'aboutissement. Sans oublier les cordes tendues en rapport avec le son et les vibrations...

Pline l'ancien considérait ainsi sa chair comme un remède contre les poisons et les envoutements.
Sa faculté a sortir et renter sa tête en fait un symbole phallique, de dérobade à l'instar de l'autruche. Les chinois en vinrent à qualifié de tortue les maris ou les femmes...trompés !!! (voir encore la fille du rêve ?)
Chez les indiens d'Amazonie on la considère le vagin de l'épouse du soleil. Il est à noté également que la rétractation de la tortue dans sa carapace lui donne aussi une très haute portée spirituelle, symbole de concentration, de retour à l'état édénique, attitude fondamentale de l'esprit. 
"Telle la tortue rentrant complètement ses membres, elle isole ses sens des objets et des choses qui l'entourent, sa sagesse est vraiment solide" (Bhagavad Gitâ)


TREPIED
Relatif au nombre 3*, donc à la trinité : la terre*, l'eau *et le feu*. Le trépied sacré était lié à la proclamation des oracles manifestant la volonté des dieux. L'oracle de Delphes demande à Coroebos de porter un trépied, de marcher avec jusqu'à ce que celui-ci tombe dans un endroit défini pour fonder une ville. Telle serait l'origine de Mégare, cité philosophique grecque fondée par Euclide. Héphaistos* (Vulcain) était le spécialiste de leur fabrication sacrée. Le plus célèbre d'entre-eux, était le trépied delphique de la Pythie, siège de la mantique d'inspiration du Dieu Apollon*. Le trépied apparait comme un symbole des pulsions, d'assise, d'harmonie, insigne de la sagesse apollinienne. On en retrouve une figuration sur une peinture du musée du Vatican, Apollon y est assis accoudé, son arc* dans le dos et sa lyre* à la main. Le trépied fait référence à l'élévation de lesprit. 

BOUE
Symbole de la matière primordiale et féconde à partir de laquelle l'homme est fabriqué, selon la tradition biblique. Mélange de terre et d'eau, elle unit les principes réceptif et matricielle de la terre au dynamisme transformateur de l'eau, signifiant la naissance d'une évolution. La terre qui bouge, fermente et devient plastique. Principe même de la création et de l'évolution des espèces...larves, insectes et peu à peux mammifères.
Mais si on la considère sous son aspect souillé en comparaison avec la clarté de l'eau elle apparait comme un processus d'involution et de dégradation identifiée aux bas fonds, à la lie, aux niveaux inférieurs de l'être. Une eau souillée et corrompue. L'étalage de tout les niveaux de la morale. C'est ainsi que l'on peut considérer la vie matérielle comme une évolution constituée par le bien et le mal, la vie et la mort. L'animal aime pour vivre et tue pour manger et survivre... 

PAON 
Image de la vanité (faire le paon), il est avant tout un symbole solaire (l'oiseau d'Héra l'épouse de Zeus*) qui correspond au déploiement de sa queue en forme de roue. Sa mise à mort, comme celle du cerf* est un appel à la pluie fertilisante. Le paon est un destructeur de serpents*, c'est à dire des attachements corporels et du temps. C'est aussi le symbole de la beauté et du pouvoir de transmutation due au venin qu'il absorbe en détruisant les serpents. Il s'agit là d'un symbole d'immortalité. 
Dans le bouddhisme, il est une forme de bodhisattva qui enseigne le renoncement aux attachement du monde matériel. En Chine, il sert à exprimer les voeux de paix et de prospérité. Il y est aussi appelé l'entremetteur de par sa faculté d'être utilisé comme appeau (instrument imitant le cri d'un oiseau destiné à appeler ceux de son espèce) et que son seul regard dit-on, suffit à faire concevoir une femme. 
Dans la tradition chrétienne, comme dans l'Islam, il représente la roue solaire et du cosmos du fait que sa queue évoque le ciel étoilé. Il est parfois figuré s'abreuvant dans le Calice eucharistique (graal*). Appelé l'animal aux cents yeux, il devient alors signe de béatitude et de vision éternelle de l'âme face à Dieu. 
Dans les traditions ésotériques, il est le symbole de la totalité, en ce qu'il réunit toutes les couleurs de l'arc en ciel sur l'éventail de sa queue déployée. Imitation naturelle de la fugacité de la vie car sa roue apparait et disparait aussi vite que toute manifestation...

AILES
Symbole d'envol, donc d'allègement, de libération : l'affranchissement de la pesanteur terrestre. Dans toutes les traditions, les ailes ne se prennent pas, elles se concquièrent au prix d'une éducation initiatique et purificatrice souvent longue et périlleuse...
Le pouvoir de s'élever dans les airs s'apparente le plus souvent à celui des oiseaux. Dans le mysticisme universel, l'envol s'applique à l'âme dans son aspiration à l'état supra-individuel. La sortie du corp s'effectue par le sommet de la tête (couronne-Kheter) selon un symbolisme proche de celui du Dôme* (carapace!).
Les ailes indiquent encore la faculté de connaissance : celui qui comprend a des ailes, précise le Rig Véda. L'intelligence est le plus rapide des oiseaux. C'est la raison pour laquelle les anges en son pourvus...
Naturellement associées à l'élément  subtil de l'Air elle apporte le souffle vital le pneuma de la Bible. Spiritualité et spiritualisation de ceux qui en possèdent, qu'ils soie de forme humaine ou animale. Elles concernent tout ce qui peut se rapprocher de la divinité. Ainsi en est-il de la colombe représentation de l'Esprit Saint.
" Tu me protégeras à l'ombre de tes ailes (psaume 16,8). Tu mettras ton espoir dans ses ailes de guérison (psaume 35,8).
L' âme crée ses propres ailes, si elle les a perdues par la faute originelle, il lui est possible de les recouvrer au rythme de son évolution personnelle. 
Par exemple, si le serpent est souvent exprimé par une perversion de l''esprit (Merci à Sigmund "Fraude"), il devient s'il est ailé, un emblème d'élévation spirituelle en osmose avec la divinité (voir les serpents enroulés du caducée* d'Hermes).
D'ailleurs, Hermes porte ses ailes...aux pieds, plus précisément aux talons, significatifs de l'élan. N'est pas Achilles qui veut... N'est ce pas Sigmund ? Amputé de la pensée où obsédé de ses envies refoulées? L'Esprit n'a jamais été, n'est pas, et ne sera jamais une prison, car il est l'archétype même de la Liberté !!!!!
En vérité, Hermes (Mercure) est une analogie du voyageur nocturne, c'est à dire le...Rêveur de l'humanité capable de retranscrire les songes dans le domaine très significatif du "réel". Celui qui brise les liens de l'obscurantisme de toute société emprisonnée dans l'absurdité de ses croyances figées dans l'ignorance des préjugés.
On en retrouve ici la quintessence vitale des forces créatives. Le prophète, comme le poète a des ailes lorsqu'il est inspiré.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article