Introspection onirique de l'ingénieur Dunne

Publié le par Onirix

Le monde mental est-il spécififique du rêgne animal ?

L'ingénieur John W. Dunne pionnier de l'aviation britannique fut marqué, dès sa jeunesse, par la fréquences de ses rêves qu'il disait prémonitoires, bien qu'ils prennent souvent une forme saugrenue, au premier abord dénués d'intérets (définition pourtant classique des rêves). Il citait comme exemple l'un d'entre eux qui l'avait véritablement marqué alors qu'il participait à la guerre des Boers en 1902...
Il rêva qu'il assistait à l'imminente explosion d'une ile en forme de montagne, dans un pays verdoyant et tropical : " Me voilà saisi du désir frénétique de sauver les 4000 habitants(j'en connaissais le nombre) qui ne se doutaient de rien. Un seul moyen, l'évacuation par mer. Ce fut alors un affreux cauchemar au cours duquel je me voyais sur une ïle voisine, m'efforçant de faire réquisitionner, par d'incrédules autorités françaises, toutes les embarquations possibles pour recueillir les habitants de l'île menaçée...renvoyé de fonctionnaires en fonctionnaires, je me démenais tant et si bien que je me réveillais..."

" Dans ce rêve, le nombre de la population menacée fut pour moi une obsession constante.
Je le répétais à tout venant, y compris au maire de l'île au moment même de mon réveil, comme un appel suprême : 4000 personnes succomberont si vous ne m'écoutez pas !
"

Il poursuit ensuite (dans la réalité) : " Je ne saurai dire quand nous reçûmes notre prochain arrivage de journaux. En tout cas, le Daily Télégraph était du nombre et, l'ayant ouvert, j'y trouvais ceci : Un grand désastre à la Martinique. Saint-Pierre est englouti par une irruption volcanique. Une avalanche de feu fait 40 000 victimes. Un paquebot anglais est la proie des flammes. Dans une autre colonne, je remarquai le titre suivant : Une montagne explose."

Pour Dunne, ce fut une révélation. Il associa la catastrophe de la montagne Pelée à son rêve vieux déjà d'un mois (les journaux étaient distribués lentement à l'époque quand on vivait à l'étranger, d'autant plus en Afrique). S'il ne s'agissait pas de télépathie, qu'était-ce alors ?
Un détail le mit sur la piste : le nombre de victimes. Il en voyait 4000 dans son rêve alors qu'elles furent 20 000 dans la réalité...link
Par contre, il retient ce qu'il pense être une lecture anticipée du journal ; car l'édition du Daily Télégraph faisait référence, lui, à ...40 000 victimes. Un zéro de différence ou d'erreur de lecture ? Ce détail insignifiant à première vue lui suggéra l'idée que le rêve prémonitoire n'était qu'un rêve comme les autres, mais dont le matériau mnémonique provenait du...futur.
La physique moderne peut nous amèner aujourd'hui à penser que Dunne avait vu juste.

Du coup, il persévéra dans ses expériences en notant chaque matin au réveil, en s'efforçant parfois à ranimer les images de ses rêves selon une méthode déjà éprouvée par un chercheur du XIXème siècle : Hervay de St Denis.
Ce dernier préconisait de noter toutes les images de ses rêves, y compris les plus fugaces et les plus absurdes ou qui pouvaient sembler insignifiantes. Puis le soir, il relisait ses notes en essayant de les calquer sur des évènements susceptibles de lui être déjà arrivés.
Au bout de onze jours d'expérience de ce type, il obtint le résultat désiré : (réalité)
" Je chassais ce jour-là dans une région sauvage. Alors que je traversais des terres dans lesquelles je ne savais plus si j'étais en règle (passage d'une cloture), j'entendis les cris de deux individus qui me rappelaient à l'ordre. Ils étaient accompagnés d'un chien qu'ils excitaient de leurs voix. Leur chien, de part leurs invectives, aboyait furieusement. Je me pressais alors de quitter le terrain, tout en restant calme, pour ne pas envenimer la situation...
Mais le soir même, en parcourant les notes du carnet de mes rêves précédants, prêt à le refermer sans y avoir remarqué rien d'analogue à cet évènement qui venait de m'arriver ;
j'apperçus ces mots notés quelque temps aupararavant : POURCHASSE PAR 2 HOMMES ACCOMPAGNES D'UN CHIEN...
Et le plus étonnant est que j'avais totalement oublié ce rêve. Je ne me souvenais même pas de l'avoir noté !
"
Parvenu à ce point d'expérience, Dunne en fit part à des personnes de son entourage, notamment des biologistes, qui intriguées, ne tardèrent pas à faire les mêmes constatations par rapport à ce qui les concernaient. Remarquables sensations qu'ils ont trouvé logique d'appeler "effet Dunne"...
Mais la plus remarquable des conséquences de 'l'effet Dunne", technique rigoureuse qui n'était auparavant qu'un pseudo thème métaphysique ou poétique, relève justement de l'inspiration des rêves en eux-mêmes. Sont-ils dictés par rapport au présent, l'avenir, ou bien encore par le passé ?
Vaste question alambiquée qui n'a toujours pas de réponse "éclairée" : avant, pendant, ou après un rêve
en adéquation avec le sujet...
Voir : Aérolithe - Charm El Cheik. et 
J'ai vu le Christ ce matin ! (30 octobre 2007)
Où se trouve la part du hasard dans ce tourbillon de nulle-part ?
La seule réponse plausible est que dans les rêves les notions de temps et de lieu n'existent pas ! ! !


































j

Publié dans Le Dicoplodocus

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article