Par l'Esprit du Soleil (2)

Publié le par Onirix

Vos pensées vous bâtissent.

Voir PAR L’ESPRIT DU SOLEIL 1...

La plupart des êtres humains croient en une chose, en une force, parce-que pères et mères les ont éduqués dans une voie plutôt que dans une autre, parce-que les civilisations, les contextes personnels de vie ont ingénieusement façonné des modèles d'expériences arbitraires érigés en vérité absolues.
Question : sur quelle force les vies sont-elles basées ?
Sur une force intérieure lentement nourrie par des expériences personnelles ou sur les crédos de certains qui rédigent à leur place ce qu'ils estiment bon de donner ?
Ainsi, il faut faire table rase (tabula rasa) de toute croyance, toute idéologie, toute pensée qui n'est pas née de soit-même. C'est un état d'urgence !!!

Ne pas voir dans cette attitude le refus systématique de l'opinion d'autrui ni des relations de confiance destinées à asseoir les dogmes du monde à venir. Simplement la nécessité d'installer une zone neutre face à la somme des idées  et des croyances ancrées (préconçues) dans les consciences sans faire appel au coeur, à la raison, et au vécu de chacun...

Il n'est pas question de cultiver le doute afin d'en faire la pierre angulaire d'une vulgaire philosophie. Le doute est une prise de position de l'intellect seul, alors qu'il est recommandé de célébrer la fusion de la simple logique, de la réflexion, et du coeur vrai...
Dépolluer le mental, cette partie raisonneuse de l'être qui pense savoir jusqu'à être capable de penser et de juger à la place d'autrui.

Le mental est le générateur de la pensée qui fait l’être social adulte, raisonnable et autonome. C’est lui qui donne l’injonction d’aimer ou de ne pas aimer à l’aide d’une cohorte d’arguments préétablis.

Il est le sabre qui juge de tout et de rien, la force qui prétend séparer le bon grain de l’ivraie, le vrai du faux.

L’humanité a fait un dard acéré du fléau de sa balance et l’a retourné contre elle-même.

 

Tout instrument de mesure doit rester libre de toute pression extérieure et non pas déformable selon le bon vouloir de son possesseur.

Le cœur bat afin d’élargir le champ de compréhension qui puisse lui fournir une volonté et des mains pour construire.

Combien d’hommes se targuant d’être forts et libres par la nature de leurs pensées et de leurs idées ne sont-ils pas en fait les marionnettes d’influences et d’énergies habiles qui les manipulent à leur insu ?

Etre soi-même, et non pas ce que la société voudrait que l’on soit…

 

Etre n’est pas s’affirmer en dominant, en tranchant, ni en ordonnant le monde. Cela veut d’abord dire fusionner avec la vie, comprendre que chacun de nos corps est en réalité une cellule d’un corps Eternel qui ressent en elle le potentiel du soleil tout  entier.

 

(A suivre)




Publié dans Le Dicoplodocus

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article