Qu'est-ce qu'un rêve

Qu'est-ce qu'un rêve ?


"Croyez-vous vraiment que les sciences auraient pu prendre forme et se développer si elles n'avaient pas été précédées par les mages, les alchimistes et les astrologues?" Nietzsche

"Lorsque une nuit César rêva qu'il violait sa mère, les devins le rassurèrent beaucoup par leur interprétation de son rêve: Il était prédestiné à concquérir la Terre, mère de tous les mortels." Suétone: la vie des 12 Césars. 120 après J.C.
 

La connaissance sur le sommeil paradoxal n’est passée du stade de la spéculation arbitraire à celle de la recherche expérimentale qu’à la fin des années 50 ! Depuis, malgré des avancées certaines en neurophysiologie dues aux nouvelles technologies, on piétine allègrement dans la farine. C’est-à-dire rien de concret sur son origine.

Qu’ils soient merveilleux, cauchemardesques, lucides, prémonitoires, éveillés ou encore hallucinatoires; nos rêves nous bâtissent ! Le sommeil et l’éveil ne sont-ils pas les 2 facettes d’une même pièce ?

Au moins 2 heures par nuit, nous vivons dans un monde onirique de symboles. D’après les plus récentes découvertes scientifiques, un homme de 60 ans aurait rêvé, en dormant, un minimum de 5 années. Si le sommeil prend un tiers de la vie, 25% environ de ce temps est traversé de rêves : soit un 12ème de l’existence chez la plupart des individus… Que dire alors des rêves éveillés et de la rêverie diurne qui s’ajoutent à cette proportion déjà exceptionnelle !

Phénomène psychologique se produisant pendant le sommeil et constitué par une série d’images dont le déroulement figure un drame plus ou moins suivi, il échappe à la volonté et à la responsabilité de son auteur passif. Durant les phases ondulatoires du sommeil, le rêve s’exprime en haut de la courbe des fréquences, nous nous en souvenons seulement quand le réveil survient au faîte de la courbe. Dans le cas contraire nous considérons ne pas avoir rêvé, ce qui est faux.

L’importance des songes est telle que la recherche même de leurs significations à largement influé sur le cours de l’histoire : toutes les politiques, toutes les mythologies, toutes les confessions religieuses, toutes les philosophies du globe en appellent toujours au domaine du rêve, car il est autant archétype de la vie que « la réalité » elle-même.

Activité psychique consciente et activité psychique inconsciente constituent l’essence même de l’activité cérébrale globale créatrice. Le rêve est aussi nécessaire à l’équilibre biologique et mental que le sommeil dont il découle et la respiration.

Qui ne rêve pas meurt ou devient fou, un point c’est tout. En gros, c’était compris dans le lot : tu penses donc tu rêves! Selon C.G. Jung : « …c’est l’expression d’une activité mentale qui vit en nous, qui pense, sent, éprouve, spécule en marge de notre activité diurne, et à tout les niveaux, du plan le plus biologique au plus spirituel, sans que nous le sachions, comme un programme vital inscrit au plus profond de l’être. Une source d’information de tout premier ordre. »

Toute tentative d’analyse doit commencer dès l’éveil.

1- Une notation précise des éléments importants du rêve : lieu, personnages, décors, l’action qui s’y déroule, sa conclusion… même interrompue.

2- Définir sa position : observateur ou acteur du rêve (entre piloter un avion de ligne et être occupé à manger un gâteau à la 36ème banquette il y a une vrai différence non ?).

3- Visualisation des objets, des couleurs, des paroles, des bruits et sons éventuels. La notion de droite et de gauche est également très importante.

Enfin, la lecture symbolique de ces éléments à l’aide d’un ouvrage sérieux sur le sujet est susceptible de vous éclairer dans vos démarches.

Attention, seul le rêveur est en mesure de remonter le fil d'un rêve, car il est le seul à connaitre les détails de sa vie capables de l'aiguiller. Réfléchir aux éléments du rêve, mais aussi sur des coïncidences qui peuvent se produire dans la même période sur le plan de l'éveil... Vous en trouverez quelques exemples dans la rubrique "vos rêves". Un effort de réflexion est donc indispensable.

Précision : tout véhicule, de l’avion à réaction aux patins à roulettes (l’éventail est large), est susceptible d’indiquer une extension corporelle. Notre corps n’est, de fait, qu’un engin de locomotion (ancienne antienne indienne). Par exemple : si vous rêver d'accident alors que vous conduisez une voiture en mauvais état, il est possible qu'il s’agisse du reflet de vos propres responsabilités. Si, par contre, vous n’êtes que passager de cette voiture, il est probablement question d’une influence extérieur (le véhicule ne vous appartient pas!), bonne ou mauvaise , qu’il vous est demandé de suivre ou non. A suivre.
Onirix